Bridgeman Logo
[]
Votre Sélection en cours
média(s) Média(s)
{"event":"pageview","page_type1":"news","page_type2":"news_case_studies","language":"fr","user_logged":"false","user_type":"ecommerce","nl_subscriber":"false"}

Les sept péchés capitaux en histoire de l'art

 

Le fossé entre le péché et la vertu a historiquement été un trésor pour les artistes. Les allusions aux péchés capitaux permettent à l'artiste d'opposer la beauté esthétique à l'immoralité.

 

Le commissaire d'exposition, le Dr Joost Joustra, a déjà étudié les représentations des sept péchés capitaux dans la vie quotidienne et les idées théologiques qui les sous-tendent. Joustra a suggéré que les références au péché brouillent les frontières entre l'art religieux et l'art profane, les artistes ayant joué avec cet équilibre tout au long de l'histoire.

Les "Sept péchés capitaux", une peinture à l'huile du XIVe siècle réalisée par Hieronymous Bosch, en est un exemple frappant. Elle illustre les sept péchés capitaux et semble promouvoir la notion chrétienne traditionnelle de découragement du péché. Cette peinture reflète la tradition d'incorporer l'imagerie du comportement pécheur pour encourager un style de vie chrétien.

 

Gourmandise - Adam and Eve by Lucas Cranach the Elder

 

Adam and Eve par Cranach, Lucas, the Elder
Adam and Eve par Cranach, Lucas, the Elder (1472-1553), - Oil on wood, 38x25 - Royal Museum of Fine Arts, Antwerp / Photo © Fine Art Images / Bridgeman Images

 

Dans un contexte religieux, le péché est principalement défini comme une transgression de la loi divine. Adam et Eve dans le jardin d'Eden du livre de la Genèse est peut-être la représentation la plus emblématique de la violation de la loi divine. La peinture de Lucas Cranach l'Ancien, datant du 15e siècle et présentée précédemment dans l'exposition "Péché" de la National Gallery, est une version marquante de cette scène. L'image représente Eve incitant Adam à prendre le fruit défendu et à désobéir à Dieu, illustrant ainsi le péché capital de la gourmandise. Cette œuvre d'art intègre également la notion de beauté esthétique mise à mal par le thème du péché capital. 

 

Luxure - William Hogarth's  Marriage A-la-Mode

 

Marriage a la Mode: II - The Tete a Tete
Mariage a la Mode: II - The Tete a Tete, c.1743 (oil on canvas) / Bridgeman Images

 

Les œuvres d'art de William Hogarth découlent de son intention de confronter la société à ses péchés. Marriage A-la-Mode : 2, The Tête à Tête", peint vers 1743, représente un jeune couple marié dans un décor orné. Le mari a clairement des taches noires sur le cou, ce qui indique qu'il a la syphilis. Cette allusion inscrit l'œuvre dans une tradition religieuse qui décourage le péché mortel de la luxure, en mettant en garde contre les conséquences physiques. L'intention de Hogarth était de faire une satire des classes supérieures, tout en poursuivant son programme moral.

 

Paresse - ‘An Old Woman Asleep’ by Gabriel Metsu

 

An Old Woman Asleep
An Old Woman Asleep, 1657-c.1662 (oil on canvas) / © Wallace Collection, London, UK / Bridgeman Images

 

L'œuvre "Une vieille femme endormie" (1657-1662) de l'artiste néerlandais Gabriel Metsu illustre le péché capital de la paresse. Il représente une vieille femme qui s'est endormie en lisant la Bible. Cette imagerie crée un lien direct entre le péché quotidien et la négligence religieuse. Cette notion est soulignée par la palette de couleurs sombres de l'œuvre. Metsu, cependant, était réputé avoir une approche de bonne humeur de la moralité laxiste. Cette œuvre adopte une approche plus légère pour représenter les sept péchés capitaux dans la vie quotidienne. 

 

Colère - Wrath of Achilles by Peter Paul Rubens

 

The Wrath of Achilles
The Wrath of Achilles c.1633 (oil on panel) / Photo © The Courtauld / Bridgeman Images

 

Le péché de colère est au cœur du tableau de 1633 "La colère d'Achille" de Pierre Paul Rubens. La scène de foule de Ruben montre le moment où Achille décide de tirer son épée contre le roi Agamemnon, présageant ainsi du conflit à venir. Il s'agit d'un moment charnière dans le récit de l'histoire classique qui résume la colère. Les chrétiens auraient interprété cette œuvre comme un avertissement contre les actions pécheresses. La composition et la palette de couleurs de cette œuvre indiquent sa place dans la tradition de la Renaissance, ce qui renforce le sentiment de décourager le péché. 

 

Orgueil - Vanity by Frank Cadogan Cowper

 

Vanity, 1925 (pastel on paper) / Photo © The Maas Gallery, London / Bridgeman Images
Vanity, 1925 (pastel on paper) / Photo © The Maas Gallery, London / Bridgeman Images

 

Le péché mortel de l'orgueil est souvent illustré à travers le prisme de la vanité. Le portrait de 1907 de Frank Cadogan Cowper, intitulé "Vanité", représente une jeune femme admirant son reflet dans un miroir à main. Les couleurs dorées de cette peinture soulignent sa beauté. Elle est entourée de vignes, souvent utilisées dans l'art du XVIIIe siècle comme un symbole de plaisir et de désir. Cela implique que la femme est fière et prend plaisir à son apparence. La beauté extérieure du portrait est contrastée par l'implication d'un comportement pécheur, ce qui renvoie à l'idée d'un équilibre flou entre art religieux et art profane. 

 

Jalousie- Francesca da Rimini by William Dyce

 

Francesca da Rimini
Francesca da Rimini, exh. 1837 (oil on canvas) / © National Galleries of Scotland / Bridgeman Images

 

Le péché de jalousie a souvent été étudié par les arts. Le tableau de William Dyce de 1837, "Francesca da Rimini", dépeint une partie de l'histoire d'une jeune femme qui a été contrainte à un mariage forcé avec un homme cruel nommé Gianciotto da Rimini. Cette scène explore l'envie de Gianciotto de voir sa femme avec un autre homme. On peut voir sa main désincarnée se glisser dans le côté gauche du cadre. Les peintures religieuses classiques utilisaient souvent de telles images de difformités pour indiquer des actions pécheresses. Les connotations de comportement pécheur dans cette œuvre sont juxtaposées par l'incorporation d'un paysage pittoresque, qui présente une palette de couleurs douces et naturelles. 

 

Cupidité - Four Dollar Signs by Andy Warhol

 

Four Dollar Signs (silkscreen) / © 2022 The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc.
Four Dollar Signs (silkscreen) / © 2022 The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / Licensed by DACS, London / Bridgeman Images

 

La série de sérigraphies de signes de dollars d'Andy Warhol peut offrir une perspective contemporaine intéressante sur le péché. Les symboles vibrants du désir de richesse de Warhol s'inspirent du péché capital qu'est la cupidité. L'artiste pop emblématique a souvent reconnu son propre amour de l'argent et son plaisir à l'incorporer dans son art. Il répète le signe du dollar dans différentes couleurs jusqu'à ce qu'il perde toute signification, ce qui laisse entendre que l'avidité n'est pas un péché comme l'art chrétien traditionnel pourrait le laisser entendre. Avec la sécularisation croissante de la société au XXe siècle, les représentations allégoriques du péché sont devenues moins populaires. Dans un contexte moderne, le péché peut donc être associé à une lutte éthique plutôt que religieuse. Les représentations des transgressions de la loi divine dans l'art contemporain sont donc plus insaisissables.

 

L'objectif de l'intégration des sept péchés capitaux dans l'art s'est considérablement développé au cours de l'histoire de l'art, allant de la promotion des enseignements chrétiens à la satire subtile du péché quotidien dans le monde moderne. Chacune de ces peintures, cependant, semble partager l'intention de mêler le bel art à l'immoralité mortelle.

 

Voir notre sélection d'images pécheresses pour :


Gourmandise
Luxure
Paresse
Colère
Orgueil
Jalousie
Cupidité

 

Vous avez besoin d’aide ?

 

Vous avez du mal à trouver ce que vous cherchez ? Prenez contact avec nous : nous nous ferons un plaisir de vous aider dans votre recherche, sans frais supplémentaire.

 

Enfin, si vous souhaitez vous inscrire ou vous connecter à notre site, vous aurez accès à plusieurs outils supplémentaires, notamment la possibilité de télécharger des images et des vidéos plus rapidement.

 

 

Contenu associé

Au début des années 1930, le sculpteur et photographe d'origine polonaise Michel Sima est venu à Paris pour suivre les cours de la Grande Chaumière. Il se lie d'amitié avec de nombreux artistes de Montparnasse, dont Picasso. Sima a été le témoin privilégié de sa vie dans le sud de la France avec Françoise Gilot et leurs enfants. Nous vous proposons ses photos exceptionnelles.
Voir plus
Connu pour ses cinq couvertures de livres composées pour Stephen King, Rob Wood possède une vaste expérience de la peinture et du dessin. Nous avons pu lui poser nos questions.
Voir plus
Bridgeman Images est fier de représenter le Seattle Art Museum, un centre d'arts visuels de classe mondiale qui occupe une place importante dans le paysage du nord-ouest du Pacifique depuis 1933.
Voir plus