La carrière du compositeur russe Igor Stravinsky

 

« La musique est le seul domaine où l’homme réalise le présent » (Igor Stravinsky)
 
Igor Stravinsky est l’un des compositeurs les plus influents du XXe siècle. Devenu célèbre dans les années 1900 grâce à ses œuvres produites pour les Ballets russes, notamment « L’Oiseau de feu » (1910), « Petrouchka » (1911) et « Le Sacre du printemps » (1913). Il a eu une influence considérable dans le monde musical avant et après la Première Guerre mondiale Ses créations, de nature classique, se caractérisent en réalité par une grande diversité de styles. I. Stravinsky commence sa carrière en s’inspirant de l’esthétique russe, comme l’illustrent les Symphonies d’instruments à vent (1920), pour ensuite s’en éloigner après son exil volontaire de Russie et se rapprocher du style néoclassique.

 

Image d'Igor Stravinsky - portrait du compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Image d'Igor Stravinsky - portrait du compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images

 

Biographie


Igor Stravinsky est né le 17 juin 1882 à Oraniembaum (l’actuelle Lomonosov) près de St-Pétersbourg, en Russie. Entouré de sa famille, le jeune Stravinsky baigne dans un univers musical hérité de son père Fiodor, un chanteur lyrique à la voix de basse à l’Opéra Impérial, et de sa mère Anna, une pianiste émérite. Formé au piano et à la théorie musicale, c’est pourtant le droit et la philosophie que son père l’enverra étudier à l’Université de Saint-Pétersbourg.

 

Image d'Igor Stravinsky âgé de trois ans et demi. Compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Image d'Igor Stravinsky âgé de trois ans et demi. Compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images

 

Toutefois, il prend progressivement conscience de ses talents musicaux : Stravinsky, qui côtoie le fils de Nikolaï Rimski-Korsakov à l’université de droit, montre certaines de ces compositions musicales. Impressionné, Nikolaï Rimski-Korsakov décide de le prendre comme élève.

 

Igor Stravinsky à l'âge de 15 ans en Russie. Compositeur russe 1882-1971 / Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Igor Stravinsky à l'âge de 15 ans en Russie. Compositeur russe 1882-1971 / Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images

 

Ses débuts

Après son exil volontaire de Russie, Igor Stravinsky se réfugie en Suisse pour ensuite s’installer en France en 1920. Bien qu’autodidacte, Stravinsky apprend l’orchestration avec Korsakov et acquiert des compétences qui lui seront précieuses pour la suite de sa carrière musicale. Korsakov organise des rencontres hebdomadaires où les œuvres de Stravinsky sont joués. Lorsqu’il se produit en concert pour jouer une pièce orchestrale impressionnante, « Scherzo fantastique », Serge Diaghilev, fondateur des Ballets russes, voit le potentiel de Stravinsky. Il l’invite à orchestrer quelques-unes des œuvres de Frédéric Chopin pour son ballet « Les Sylphides » et lui confie également les arrangements orchestraux de la saison d’été des Ballets russes, à Paris. C’est par le biais de Diaghilev que Stravinsky devient célèbre en Europe. L’image ci-dessous montre Igor Stravinsky en compagnie de Serge Diaghilev, la ballerine russe Tamara Karsavina et le peintre/dessinateur Léon Bakst.

 

Image d'Igor Stravinsky, Tamara Karsavina, Serge Diaghilev et Leon Bakst à Lausanne en 1915, © Bridgeman Images
Image d'Igor Stravinsky, Tamara Karsavina, Serge Diaghilev et Leon Bakst à Lausanne en 1915, © Bridgeman Images


« Stravinsky détestait le terme « génie » mais je ne suis absolument pas tenu de suivre ses aversions, qui font partie de sa confusion antiromantique » (Hans Keller et Igor Stravinsky, « Conversations avec Igor Stravinsky », 1959).


L’entourage artistique d’Igor Stravinsky

Personnage charismatique, Igor Stravinsky était un grand ami de Jean Cocteau ainsi que de Pablo Picasso et sa femme. Lui et ce dernier ont échangé quelques œuvres : Stravinsky écrit des pièces pour clarinette seule pour Picasso, en capturant le style cubiste de son ami. Picasso, quant à lui, réalise nombreuses œuvres d’Igor Stravinsky et incorpore la représentation linéaire de clés de sol et de croches.

 

Jean Cocteau, Pablo Picasso, Igor Stravinsky et Olga Picasso, Antibes 1926 / Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Jean Cocteau, Pablo Picasso, Igor Stravinsky et Olga Picasso, Antibes 1926 / Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images

 

Igor Stravinsky - par Picasso, Pablo (1881-1973), © Lebrecht Music Arts/ Bridgeman Images
Igor Stravinsky - par Picasso, Pablo (1881-1973), © Lebrecht Music Arts/ Bridgeman Images

 


En 1906, Igor Stravinsky épouse Catherine Nossenko, qu’il connait depuis son enfance, et avec laquelle il aura quatre enfants. C’était également une musicienne hors pair qui a joué un rôle majeur dans les compositions de Stravinsky. Malheureusement, dans les années 1938-1939, Stravinsky perd sa femme et sa fille aînée Ludmilla, toutes deux victimes de la tuberculose. Il est lui-même obligé de séjourner dans un sanatorium en Suisse, et met ce temps à profit pour écrire des cours sur la poétique musicale ; cours qu’il donnera par la suite aux étudiants de l’Université d’Harvard en tant qu’invité à l’illustre chaire de poétique.

 

Image d'Igor Stravinsky avec sa femme Catherine en 1907. Compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Image d'Igor Stravinsky avec sa femme Catherine en 1907. Compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images

 

Image d'Igor Stravinsky et de sa femme Catherine, 1932 /3 à Voreppe (France), 1932 /3 à Voreppe, France. Compositeur russe 1882 - 1971, © Fondation Théodore Strawinsky / Bridgeman Images
Image d'Igor Stravinsky et de sa femme Catherine, 1932 /3 à Voreppe (France), 1932 /3 à Voreppe, France. Compositeur russe 1882 - 1971, © Fondation Théodore Strawinsky / Bridgeman Images


Stravinsky rencontre sa deuxième épouse, Vera de Bosset, aux États-Unis et s’installe avec elle à Hollywood.


L’Oiseau de feu

« L’Oiseau de feu » est une œuvre orchestrale et un ballet écrit pour la saison 1910 des Ballets russes de Serge Diaghilev à Paris. Le ballet raconte l’histoire de l’Oiseau de feu, inspirée des contes russes. Cette créature est censée porter malheur ou chance à la personne qui le possède. La représentation est saluée par la critique, notamment pour son décor, sa musique et sa chorégraphie. La pièce est accompagnée de la musique jouée par un grand orchestre aux multiples instruments, dont des bois, des cuivres, des percussions et des cordes. Le style classique de la musique est axé sur la clarté et l’énergie rythmique. Le succès de la pièce est tel que l’on évoque déjà une suite. Stravinsky devient le compositeur attitré de Diaghilev : « [c’est] un homme aux portes de la gloire » aurait-il dit lui-même.

Le 25 juin 1910, le ballet est présenté pour la première fois par les Ballets russes au Palais Garnier de Paris.
Petrouchka

 

Image de Tamara Karsavina dans la première production de L'Oiseau de Feu de Stravinsky. Danseuse russe (1885- ?), © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Image de Tamara Karsavina dans la première production de L'Oiseau de Feu de Stravinsky. Danseuse russe (1885- ?), © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images

 

Petrouchka

« Petrouchka » est écrit pour la saison 1911 des Ballets russes de Serge Diaghilev à Paris. Dans ce ballet, danse, musique et dessin ne font qu’un. Stravinsky produit également le concert orchestral pour le ballet, qui raconte les jalousies et les amours de trois marionnettes : Petrouchka développe un amour non réciproque pour la ballerine qui lui préfère le Maure. S’ensuit une lutte farouche entre les deux protagonistes masculins jusqu’à la mort de Petrouchka. La nuit tombée, son fantôme s’élève au-dessus du théâtre de marionnette. La première représentation du ballet a lieu au Théâtre du Châtelet le 13 juin 1911 et rencontre un vif succès. Elle constitue l’une des productions les plus populaires des Ballets russes. Aujourd’hui, dans les mises en scène contemporaines, le ballet est souvent réalisé avec la scénographie et les chorégraphies d’origine.

 

Image de "Petrouchka" d'Igor Stravinsky avec Tamara Karsavina qui a dansé le rôle original à Paris en 1911. Photographiée avec Alexandr Orlov dans le rôle du Maure. Photo originale d'Auguste Bert. Ballet Russe de Diaghilev. Stravinsky : Compositeur russe, 1882-1971,© Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Image de "Petrouchka" d'Igor Stravinsky avec Tamara Karsavina qui a dansé le rôle original à Paris en 1911. Photographiée avec Alexandr Orlov dans le rôle du Maure. Photo originale d'Auguste Bert. Ballet Russe de Diaghilev. Stravinsky : Compositeur russe, 1882-1971,© Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images


Le Sacre du printemps

« Le Sacre du printemps » est une œuvre orchestrale et un ballet écrit pour la saison 1913 des Ballets russes de Serge Diaghilev. Il s’agit du troisième projet de la compagnie après Petrouchka (1911) et L’Oiseau de feu (1910). Durant sa collaboration avec Serge Diaghilev, Stravinsky est encore un compositeur relativement peu connu. Le danseur classique et chorégraphe Vaslav Nijinski dirige la chorégraphie originale. La mise en scène et les costumes sont signés du peintre russe Nicholas Roerich. « Le Sacre du printemps » fait sensation en raison de son caractère avant-gardiste. Le récit du ballet emprunte l’imagerie de la Russie païenne où l’avènement du printemps est célébré à travers différents rites primitifs. Parmi les scènes sulfureuses figure le sacrifice d’une jeune fille, dansant jusqu’à la mort ; une dimension terrifiante qui renforce un récit surréaliste. La musique, faite de rythmes irréguliers et d’une orchestration étrange, choque l’auditoire.

À travers ce ballet, Stravinsky entend pénétrer le monde de l’inconscient.

 

Image du décor du ballet "Le Sacre du printemps" d'Igor Stravinsky, 1945 (tempera sur toile) par Roerich, Nicholas (1874-1947), © Fine Art Images / Bridgeman Images
Image du décor du ballet "Le Sacre du printemps" d'Igor Stravinsky, 1945 (tempera sur toile) par Roerich, Nicholas (1874-1947), © Fine Art Images / Bridgeman Images


La Carrière du libertin

« La Carrière du libertin (The Rake’s Progress ) » d’Igor Stravinsky est un opéra en trois actes et un épilogue librement inspiré des huit peintures et gravures intitulées « La Carrière d’un libertin » de William Hogarth. Elles racontent le déclin et la chute de Tom Rakewell, prodige et riche héritier d’un marchand. Le jeune Rakewell arrive à Londres et dépense sa fortune dans une vie de débauche, de prostitution et de jeu. Il est ensuite emprisonné à la Fleet Prison puis interné au Bethlem Hospital. La première peinture de W. Hogarth décrit Tom, l’héritier, comblé de toutes les richesses grâce à son père alors que les domestiques pleurent la mort du père de Tom. Ce dernier rejette ensuite sa fiancée Sarah Young qu’il dédommage. Stravinsky voit l’exposition des peintures de W. Hogarth le 2 mai 1947.

« La Carrière du libertin » est le seul opéra complet écrit par Stravinsky. La musique, de style néoclassique, se caractérise par sa clarté, sa maîtrise des émotions, l’ordre et l’équilibre ; une orchestration moderne qui reste toutefois fidèle au genre classique.

Il existe une « influence permanente de la tonalité traditionnelle dans La Carrière du libertin, les passages sont très emprunts d’harmonies chromatiques et de voix nébuleuses » (Chandler Carter, « Stravinsky’s ‘Special Sense’: The Rhetorical Use of Tonality in ‘The Rake’s Progress’. »)

 

Scène VII : Le Rake en prison, 1735 (gravure) par Hogarth, William (1697-1764) / Bridgeman Images
Scène VII : Le Rake en prison, 1735 (gravure) par Hogarth, William (1697-1764) / Bridgeman Images

 

Œdipus Rex

« Œdipus Rex » est un opéra construit autour des écrits de Jean Cocteau, qui s’est inspiré de la tragédie de Sophocle, célèbre dramaturge de la Grèce antique et auteur d’« Œdipus Tyrannos ». La pièce est accompagnée d’un orchestre, d’un chœur d’hommes, de solistes et d’un narrateur. Le récit s’appuie sur l’idée que quiconque défie les dieux s’expose à de graves conséquences.

Stravinsky réalise la composition musicale de l’œuvre au début de sa période néoclassique.

 

Image de l'opéra "Oedipus Rex" d'Igor Stravinsky - Philip Langridge dans le rôle d'Oedipe dans une production de l'English National Opera, 1991, © Bill Rafferty / Bridgeman Images
Image de l'opéra "Oedipus Rex" d'Igor Stravinsky - Philip Langridge dans le rôle d'Oedipe dans une production de l'English National Opera, 1991, © Bill Rafferty / Bridgeman Images


L’héritage d’Igor Stravinsky

Igor Stravinsky a eu une influence considérable sur ses successeurs qui lui emprunte son sens du rythme et des formes. Le style de l’artiste se caractérise par un usage fréquent des dissonances harmoniques et d’une orchestration originale exceptionnelle. Sa créativité lui a permis d’expérimenter un grand nombre de styles, qui ont apporté profondeur et innovation à ses créations.

Le compositeur américain Aaron Copland s’est grandement inspiré du rythme fluide et spontané et du style musical de Stravinsky qui repoussaient les limites des barres de mesure.

Stravinsky a influencé de nombreuses compositions et productions cinématographiques hollywoodiennes. « Le Sacre du printemps » a été utilisé par Walt Disney dans le film « Fantasia » (1940).

 

Image d'Igor Stravinsky à Jaffa, au début des années 1960. Compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images
Image d'Igor Stravinsky à Jaffa, au début des années 1960. Compositeur russe, 1882 - 1971, © Lebrecht Music Arts / Bridgeman Images

 

Les œuvres d’Igor Stravinsky sur la scène artistique contemporaine

Le Royal Ballet de Londres produit de nombreux ballets d’Igor Stravinsky avec une chorégraphie, une musique et des costumes originaux ou similaires. Les productions théâtrales du siècle dernier sont réalisées avec une touche et des danseurs de notre époque. Les costumes du « Sacre du printemps » ci-dessous utilisés lors d’une représentation du Royal Ballet sont orange vif. La couleur sur fond noir fait ressortir sa brillance. Le récit sombre et surréaliste des rituels primitifs du « Sacre du printemps » est renforcé par les visages blancs des danseurs.

Kenneth Macmillan, directeur artistique du Royal Ballet de Londres entre 1970 et 1977, crée sa propre version du « Sacre du printemps » en 1962. La chorégraphie présentée par Macmillan met en avant les « rythmes viscéraux et énergiques et la pulsation qui guident la musique » (Royal Opera House, The Rite of Spring).

 

Image du Sacre du printemps - ballet sur une musique d'Igor Stravinsky (photo), © Bridgeman Images
Image du Sacre du printemps - ballet sur une musique d'Igor Stravinsky (photo), © Bridgeman Images


« Le Sacre du printemps » est montré en image ci-dessous. Les ballets contemporains ont fait des progrès fulgurants dans l’éclairage. Ici, la lumière est dirigée sur le personnage ci-dessous, qui danse dans un superbe mouvement dramatique.

 

Image du Sacre Du Printemps, (Vaslav NIJINSKY) Mariinsky 2013, © Pascal Victor/ArtComPress / Bridgeman Images.
Image du Sacre Du Printemps, (Vaslav NIJINSKY) Mariinsky 2013, © Pascal Victor/ArtComPress / Bridgeman Images.


Le Théâtre du Châtelet est une salle mythique du 1er arrondissement de Paris qui présente de nombreux opéras et ballets. Une scène d’« Œdipus Rex », dirigé par le metteur en scène américain Bob Wilson, est présentée ci-dessous, par le biais d’une femme chantant avec force et passion. Elle soulève son bras en signe de triomphe.

 

Image de OEDIPUS REX (Bob WILSON) 1996, Photo © Pascal Victor/ArtComPress / Bridgeman Images
Image de OEDIPUS REX (Bob WILSON) 1996, Photo © Pascal Victor/ArtComPress / Bridgeman Images


Autre scène ci-dessous tirée de la représentation « Œdipus Rex », où l’on voit un personnage avec les cheveux en bataille et une longue toge, peut-être un dieu en colère contre l’acte de rébellion.

 

OEDIPUS REX d' Igor Stravinsky, mise en scène de Bob Wilson au théâtre du Châtelet. Avec: Willard White, Photo © Pascal Victor/ArtComPress / Bridgeman Images
OEDIPUS REX d' Igor Stravinsky, mise en scène de Bob Wilson au théâtre du Châtelet. Avec: Willard White, Photo © Pascal Victor/ArtComPress / Bridgeman Images

 


Cliquez ici pour découvrir quelques-unes de nos images minutieusement choisies d’Igor Stravinsky.

 

N'hésitez pas à nous contacter pour toute demande de licence d'images ou si vous avez des questions concernant les droits d'auteur.

 

 

Sources:

https://www.britannica.com/biography/Igor-Stravinsky: Hans Keller and Ignor Stravinsky - ‘Conversations with Ignor Stravinsky’ No.52 (Autumn, 1959), Cambridge University Press.

https://www.goodreads.com/author/quotes/8280.Igor_Stravinsky

https://www.biography.com/musician/igor-fyodorovich-stravinsky#:~:text=Igor%20Stravinsky%20was%20born%20on,controversial%20The%20Rite%20of%20Spring.&text=Stravinsky%20died%20in%20New%20York,100%20works%20to%20his%20name.

https://www.classicfm.com/lifestyle/wellbeing/stravinsky-picasso/

https://en.wikipedia.org/wiki/Petrushka_(ballet)

https://fondation-igor-stravinsky.org/en/composer/biography/

https://simple.wikipedia.org/wiki/The_Rake%27s_Progress

https://en.wikipedia.org/wiki/The_Rite_of_Spring

https://www.jstor.org/stable/745999?seq=1

https://en.wikipedia.org/wiki/Oedipus_rex_(opera)

https://www.roh.org.uk/productions/the-rite-of-spring-by-kenneth-macmillan

https://www.liveabout.com/igor-stravinsky-4586368

 


Retour en haut de la page